Livraison gratuite à partir de 99$ (Ontario et Québec) et 149$ pour le reste du Canada et des États-Unis.

Soutenir la biodiversité - avec Teprine Baldo, semencière

  • 6 min lu

La ferme Oneka est gérée selon les principes de la permaculture, avec l’intention de prendre soin et de préserver les écosystèmes dont elle fait partie.

Un écosystème de personnes œuvre à accomplir cette mission. Des humains qui, à travers leur travail, leur temps, leur Energie, leur talent et leurs connaissances, contribuent à faire grandir nos plantes et notre nom, tout en limitant notre empreinte sur notre habitat et en le régénérant.

Nous souhaitons exprimer notre gratitude pour ces êtres précieux, c’est pourquoi nous mettrons en lumière leur travail ici de temps à autres.

Aujourd’hui nous vous présentons Teprine Baldo, semencière, ou bergère de semences comme elle aime à le dire, fondatrice de Le Noyau.

Teprine opère une ferme de 5 acres à Standbridge East, Québec, tout près de la ferme Oneka. Elle y cultive pour la consommation de sa famille et y travaille à protéger des plantes et des semences patrimoniales dont certaines sont indigènes à sa région et d’autres proviennent d’autres parties du monde.

Teprine vend ses semences biologiques à sa communauté locale de jardiniers, maraîchers, cultivateurs qu’ils soient professionnels expérimentés ou novices. Elle a à cœur de cultiver et transmettre ses connaissances.

Elle s’efforce de partager les enseignements qu’elle a reçus pour que le plus de personnes possibles renouent avec les joies et la satisfaction de cultiver leur jardin et faire pousser leur nourriture.

Une partie du calendula et de la sauge entrant dans la composition des produits Oneka est cultivée à partir des semences Le Noyau!

Oneka et Le Noyau partagent un amour et une connexion avec le Vivant et surtout, ils se soutiennent dans leur mission commune : agir en gardiens et protecteurs de la terre.

Cette mission est centrale dans leur collaboration. Une façon de protéger et régénérer les terres qui leur ont été confiées est d’y soutenir la biodiversité.

La diversité des plantes et des animaux est très importante. Elle rend les espèces vivantes de s’adapter. Sauvages et domestiquées, elle leur permet de faire face aux menaces telles que les maladies, les changements climatiques, les parasites, et autres évènements imprévisibles. S’il y a suffisamment de diversité dans un groupe, il y aura toujours des individus qui sauront naturellement s’adapter et prospérer quelle que soit l’évolution de la situation.

La biodiversité alimentaire est un élément clef pour créer un système alimentaire durable. La diversité végétale nous offre un « coffre aux trésors » d’options pour obtenir les récoltes les plus saines et les plus productives. Peu importe les changements qui interviennent dans notre chaine alimentaire, nous serons toujours capables de nous adapter si nous avons suffisamment de diversité génétique.

Le problème est que la diversité génétique des plantes est en train de disparaître. Rapidement. Comme l’érosion des fondations d’un bâtiment, cette érosion génétique menace de détruire le système alimentaire et agricole qui a été construit sur la base génétique des plantes depuis plus de 10 000 ans. Il y a encore des milliers de variétés desquelles choisir, mais la grande majorité d’entre elle sont menacées. Des centaines disparaissent chaque année.

De nos jours, seule une infime fraction de la diversité génétique des cultures canadiennes est disponible aux agriculteurs canadiens. La plupart des variétés sont oubliées et abandonnées dans des banques de semences. Sur les 7098 variétés qui ont été répertoriées et utilisées entre 1804 et 1904 par exemple, environ 86% ont disparu. De la même façon, 95% des choux, 91% des maïs, 94% des pois et 81% des tomates n’existent plus.

Saviez-vous que 75% de la biodiversité alimentaire globale a disparue durant ces 100 dernières années?

Il y a un siècle, des millions de jardiniers semenciers et de fermiers maintenaient en vie notre diversité végétale.

Ils préservaient des milliers de variétés « patrimoniales » ou « d’héritage » à travers leur pratique traditionnelle de l’agriculture. Aujourd’hui les semences ne sont plus collectées, cette tâche est laissée au compagnies et banques génétiques.

Malheureusement, il y a seulement 250 compagnies semencières en Amérique du Nord et une poignée de personnes qui travaillent dans les banques de semences gouvernementales. Le travail de millions de citoyens ne peut tout simplement pas être accompli par un petit nombre de personnes aussi compétentes et bien équipées soient elles.

Ces faits ont été assemblés et expliqués par le collectif de semenciers : Seeds of Diversity

Alarmant? Oui…

Nous avons souhaité en apprendre davantage sur le travail de Teprine en tant que semencière, parce que, tel que nous venons de l’expliquer, il est critique et relève de la plus haute importance.

Comment encourages-tu la biodiversité dans ton travail en tant que cultivatrice et entrepreneure?

En tant que maman et cultivatrice, il est très important pour moi de faire pousser ce que nous aimons manger, ce que nous utilisons en cuisine pour préparer nos repas.

En tant qu’entrepreneure, une grande partie de mon travail consiste à développer des relations avec des cultivateurs pour qu’ils prennent conscience de leur rôle dans le processus de collecte de semences, de la biodiversité et de leur souveraineté alimentaire.

Sur ma terre, je travaille à faire perdurer des espèces de plantes indigènes. Pour cela je suis tenue de suivre un ensemble de directives scientifiques afin que la pureté de ces plantes soit préservée. En somme, j’œuvre pour la protection du patrimoine génétique végétal.

Il est très important pour moi de partager et de propager (tout comme les graines) les connaissances que j’ai eu le privilège d’acquérir aux cotes de mes honorables mentors. Si on veut que davantage de monde accède a une alimentation réellement nutritive, il faut que plus de monde embarque et effectue ce travail. C’est pour cela que le développement des communautés locales de semenciers est si important, pour s’inspirer et se soutenir dans notre mission au service du bien commun.

Le Printemps est là, beaucoup d’entre nous sont occupés à faire des semis, préparer, transplanter, planter dans notre cuisine, notre serre, notre jardin, balcon, potager etc.

Alors nous avons demandé à Teprine : Que peut chacun de nous faire pour aider pour faire les choses dans le bon sens et soutenir la biodiversité dans nos activités de jardinage?

• Commencer petit! Que vous souhaitiez faire pousser des herbes aromatiques, des légumes pour cuisiner ou des fleurs/plantes pour leur beauté et leurs propriétés, choisissez des les variétés et le nombre en fonction du temps, de l’énergie et du niveau d’implication que vous souhaitez et serez en mesure d’offrir. Quand on démarre trop grand, on est parfois dépassé par le travail que cela implique. Commencez modestement pour avoir du plaisir à travers le processus, pour vous l’approprier, y réfléchir, pour apprendre d’inévitables erreurs. Et peut-être que l’année prochaine, vous en ferez un peu plus.

• Familiarisez vous avec les zones de rusticité des plantes

• Privilégiez des semences et plantes qui s’épanouissent avec le minimum d’intervention humaine. Les laitues et pois par exemple.

• Achetez vos semences de compagnies locales

• Les pollinisateurs fournissent un travail crucial et inégalable pour le maintien de la biodiversité. Chaque type de plantes attire un groupe particulier de pollinisateurs. Par exemple : les carottes sont pollinisées par une mouche. Si vous souhaitez inviter et aider les pollinisateurs dans votre jardin, plantez et favorisez la propagation de semences de plantes mellifères qui les attireront. Ils aideront votre jardin en retour!

• Laissez des zones de votre jardin sans entretien pour permettre sa régénération et y encourager l’arrivée d’espèces sauvages. Le pissenlit, en revanche, est d’une aide extraordinaire pour la biodiversité des insectes, pour le sol et même les humains!

• Entrez en contact avec votre communauté locale : que vous viviez à la campagne ou en ville, il y a des enthousiastes du jardinage partout!

En travaillant et en discutant avec Teprine, nous sommes une fois de plus témoins de notre interdépendance avec la nature et ses éléments. Nous ne sommes pas au-dessus, pas séparés d'elle mais faisons partie de son tout.

Quand nous nous préoccupons de nos écosystèmes alimentaires, nous nous trouvons face à des réalités inconfortables, à des choix nécessaires. Mais ce processus nous offre l’opportunité de nous réapproprier notre lien avec ce qui nous nourrit, avec nous-mêmes, avec les autres, avec notre humanité en réalité. Cela nous demande de faire preuve de responsabilité et d’humilité.

Voici aussi quelques recommendations de compagnies de semences dans les différentes provinces canadiennes:

Annapolis Seeds Nova Scotia - https://annapolisseeds.com/

Hope Seeds Nova Scotia - https://hawthornfarm.ca/Hawthorn 

Seeds Ontario - https://hawthornfarm.ca/

Heritage harvest Seeds Manitoba - https://heritageharvestseed.com/

Salt Spring Seeds BC - https://www.saltspringseeds.com/

Seeds of Diversity Canadian Seed bank - www.semences.ca

Rechercher

Français